Back To Top

#3 – Habitat et autonomie

Vivre chez soi, avec un peu d’accompagnement et de sécurité et surtout beaucoup de liberté ? Jeune, âgé, handicapé… avec le souhait d’être indépendant et autonome chez soi ? Bonne nouvelle, les solutions pour améliorer le confort de l’habitat se multiplient ! 

Depuis quelques années, la politique se porte sur l’adaptation des logements pour pallier la perte d’autonomie avérée des personnes. Cependant, qu’en est-il de l’aspect prévention à domicile ? Comment respecter le choix et la détermination d’une personne de rester à son domicile malgré d’éventuelles difficultés ? Comment préserver son bien-être et sa liberté ? 

De plus en plus d’acteurs et de structures se mobilisent pour répondre à ces questions et pallier le manque de solutions. En effet, nous avons pu constater l’émergence du numérique sous diverses formes : des solutions connectées, des appareils domotiques, des plateformes de télé-suivi, mais également de nouvelles structures d’accueils : résidences services séniors, résidences autonomies des personnes âgées, et habitat inclusif. Ces solutions s’accompagnent d’acteurs variés, issus de différents secteurs : du bâtiment, du médico-social, de l’aide à la personne. C’est un réel travail de co-construction pour répondre de façon pragmatique à ces différentes interrogations. 

L’amélioration de l’habitat 

  • Numérique et technologique 

Le développement des technologies numériques a profondément bouleversé les attentes et les habitudes des consommateurs notamment dans le secteur de l’habitat.  

La domotique, les assistants vocaux, l’aménagement des espaces communs pour faciliter l’accès mais aussi protéger et préserver l’environnement affluent et sont même devenus un levier dans l’amélioration des services proposés. De nombreuses études ont été menés auprès des futurs consommateurs/habitants pour vérifier ce qui les touchait personnellement avant tout. De ces enquêtes, voici le résultat :  

  • Son propre confort 
  • Son plaisir 
  • Son bien-être 

Tout est pensé pour améliorer le confort des habitants afin qu’ils restent dans leur logement le plus longtemps possible. 

De nouveaux concepts de vie et d’usages pour vivre dans le logement dans le meilleur des conforts ont émergés avec la notion du “Multi-confort sérénité”. Cette notion allie confort et réponse aux problématiques des personnes ayant des handicaps ou avançant en âge. 

L’amélioration de l’habitat va de pair avec l’évolution technique, comme nous l’avons relevé dans notre introduction, et toute solution doit faciliter le maintien à domicile. C’est un réel défi sanitaire et social, car il y a un fort impact sur le logement et les divers coûts engendrés. 

Le Cabinet GFK a établi, en 2018, une analyse sur l’évolution de la maison connectée en Europe, c’est près de 16 millions d’appareils domotiques qui ont été vendus. C’est une hausse significative qui reflète l’évolution des besoins et surtout l’ouverture d’esprit des utilisateurs en matière de technologie. 

  • Habitat inclusif (loi ELAN) 

Adoptée le 23 novembre 2018, la loi ELAN portant sur l’évolution du logement, de l’aménagement au numérique, intègre la notion liée à l’amélioration de l’habitat par la voie numérique, mais également sur les nouvelles formes de structure. Son article 129 consacre juridiquement une offre alternative au logement autonome ou à l’accueil en établissement qui s’est développée en France depuis de nombreuses années, d’abord en direction des personnes âgées, puis des personnes en situation de handicap, c’est ce que l’on appelle l’habitat inclusif.  

Dans cette dynamique, le département du Loiret tend à devenir un territoire 100% inclusif. L’Institut des Cents Arpents à Saran en est l’exemple parfait. En effet, Janasense s’est associé avec le R.I.A.D.H. (Résidence Inclusive avec Accompagnement des Habitants) afin de déployer la solution au sein des futurs logements. Nous menons actuellement des ateliers utilisateurs avec Yves Goulard, coordonnateur du R.I.A.D.H., son assistante Clémence Molina, ainsi qu’une partie des futurs résidents. Ces ateliers permettent de placer les utilisateurs finaux au cœur du produit, nous avons établis un travail de co-construction pour offrir à chacun une solution la plus simple, la plus intuitive possible. 

La transformation du logement en habitat inclusif est une réelle avancée dans l’acquisition et la conservation de l’autonomie. 

  • Habitat adaptable, accessible et évolutif : un travail de co-construction 

Nous venons d’évoquer l’habitat inclusif, cependant, cette solution ne pourra se faire correctement sans l’adaptation du parc social et donc l’établissement de partenariat et de cohésion entre les différents acteurs. 

“Il faut créer des convergences entre les différentes filières qui devront œuvrer pour l’amélioration de l’habitat. On peut parler d’acculturation des métiers (métiers qui concernent le BTP et filière médico-sociale).”

Jean-Pascal Chirat, délégué général du Club de l’amélioration de l’habitat lors du colloque “Tous aidants acte 2 : autonomie, handicap : l’heure des choix !”

L’idée est de mener une stratégie qui rassemble tous les acteurs à travailler ensemble pour trouver des solutions adaptées, créer une dynamique d’accompagnement et de soutien entre les aidants professionnels mais aussi les aidants familiaux. 

Il faut replacer l’habitant au centre de la réflexion, ne pas lui imposer ces diverses solutions, car l’acceptation est une valeur primordiale dans le processus de maintien et de gain de l’autonomie. 

Habitat et handicap 

« Choisir son chez-soi » est la demande légitime des personnes handicapées et des personnes âgées. Elles expriment une forte demande d’aide, d’accompagnement et de services associés au logement dans un environnement adapté et sécurisé qui garantisse conjointement inclusion sociale et vie autonome à domicile. 

Souvent, les jeunes handicapés parvenus à la majorité n’avaient que deux choix en termes de logement qui s’offraient à eux :  

  • Retourner vivre chez leurs parents 
  • Vivre dans un établissement spécialisé – type foyer d’accueil spécialisé, maison d’accueil spécialisé, foyer de vie – pour adulte (orientation de la MDPH) 

De plus en plus de personnes ont manifesté leur désir de mener une vie ordinaire ou du moins de s’en approcher. La mise en place de structures médico-sociales adaptées prend alors tout son sens : gagner en liberté en étant dans un environnement protégé.  

  • L’accompagnement dans la construction du projet de vie 

L’apprentissage de l’autonomie dans son propre logement est important, après avoir passé quelques années au sein d’établissements où tout est programmé, il est parfois compliqué de se retrouver seul entre quatre murs. C’est tout l’objectif du projet de vie, travail mené soit avec des professionnels de la structure où la personne en situation de handicap réside, ou des structures travaillant sur l’acquisition de l’autonomie. Ils évalueront ses capacités et ses difficultés, avant de cibler précisément les types d’activités nécessaires pour la préparer à affronter sereinement le quotidien.  L’ARS (l’Agence Régionale de Santé) a lancé en 2014 une stratégie nommée “Une réponse accompagnée pour tous.”, en rapport avec le projet de vie. Il s’agit d’offrir un parcours de santé adapté à chaque individu. 

Dans le cadre de cette démarche, on peut citer en exemple la “Résidence-service pour personnes handicapées de l’association les Papillons Blancs de Lille, qui propose de vivre en autonomie dans un logement adapté, avec le soutien de professionnels dans la vie quotidienne ou le concept d’appartement individuel, dans une perspective d’autonomie pour offrir à la personne une vie plus indépendante.  

Pour les personnes souhaitant vivre indépendamment en autonomie, mais en collectivité, il existe également d’autres alternatives : 

  • La colocation, solution pratique et simple, plutôt destinée aux jeunes personnes en situation de handicap, à condition que le handicap de l’un puisse compenser celui de l’autre.
  • L’habitat inclusif comme nous l’avons évoqué précédemment.  

Une multitude de formules voit le jour, avec la volonté de rendre la société totalement inclusive et de répondre aux désirs et besoins de chacun. 

Être senior et vivre chez soi en autonomie 

Le vieillissement de la population est devenu un véritable enjeu pour la société, associé à celui-ci, l’habitat est l’une des problématiques auquel la société essaye de répondre. Entre le choix d’une maison de retraite ou la volonté de rester chez soi, des solutions alternatives émergent, toujours en prenant en compte le désir de la personne. 

Frédéric SerrièreConseiller en stratégie, expert de la Silver Economie, dans le dossier “Think Tank” du Club de l’Amélioration de l’Habitat, dit : En France, il y a plus de 16 millions de séniors, leurs comportements évoluent sensiblement, les plus anciens (+ de 70 ans) portent des valeurs d’altruisme, de collectif, de groupe. Tandis que les plus jeunes (60/70 ans) parlent de liberté, d’hédonisme, de qualité de vie.” Les personnes âgées souhaitent conserver leur indépendance et leur qualité de vie, pour eux les logements ou les résidences doivent s’adapter et proposer plus de services et il doit y avoir une discrétion dans la mise en place d’aménagement 

“Les seniors expriment des comportements de consommation très différents et des attentes distinctes en termes de fonctionnalités de leur habitat. Tous émettent le souhait de rester le plus longtemps possible à domicile, proche de leurs familles, de leurs voisins…”

exprime Jean-Philippe Arnoux, directeur “Silver Economie et accessibilité” Saint-Gobain Distribution Bâtiment France.

Le milieu de vie et l’écosystème autour est très important pour chaque individu, et d’autant plus avec l’avancée dans l’âge

Pour en savoir plus sur l’habitat inclusif :

Guide de l’habitat inclusif